Carole
Coquine au télèphone rose

Souvenir d’un fantasme assouvi avec mon professeur

J’étais très heureuse de pouvoir rédiger mon mémoire de fin d’études avec ce professeur. C’était un homme brillant qui avait fait sensation en s’occupant de la construction de tout un quartier basé sur l’énergie verte et il fait avouer que c’était un homme beau et séduisant.

Les semaines passaient et nous nous occupions des calculs ainsi que de la présentation de mon projet de fin de cycle ensembles. Il arrivait qu’il me lançait de doux regards entre deux lignes et j’apprécierais fortement sa présence. Qui aurait cru que je pouvais m’intéresser autant à mes études alors que je ne voulais pas de ce cursus universitaire au départ ?

Alors que nous avions commencé le travail en hiver, voilà que les premiers rayons de soleil apparaissaient déjà et j’étais ravie de ne plus avoir à porter de gros pulls afin de ne pas mourir de froid. J’avais eu l’excellente idée de mettre un short en jean avec des bas fins noirs et ma magnifique paire de bottines à talons. C’était peut-être un style de chaudière, pas vraiment adapté pour une rencontre avec mon encadreur, mais bon … Après tout je suis libre et jeune alors autant faire ce que je veux !

Au moment où je rentrais dans l’enceinte de la bibliothèque de la fac, j’ai tout de suite remarqué la façon dont il m’avait regardé ! Un mélange de malice et de mépris délicieusement agrémenté d’une touche d’envie. À la fin de notre séance de calculs, il me dit au revoir en mettant une main sur ma cuisse. Un geste anodin qui ne voulait pas sortir de ma tête même après la fête que ma colocataire avait organisé.

C’est à partir de ce moment là que j’ai commencé à fantasmer sur mon professeur comme plus de 90% des étudiants au moins une fois dans leur vie.

J’avoue avoir passé de longues séances de masturbation en pensant à mon prof, autant que j’avoue avoir mis les tenues les plus provocantes possibles à chaque rendez-vous avec lui. Ce petit jeu a duré plus de 3 mois et malheureusement rien ne s’est passé avec lui de bien spécial… Il avait l’air de me regarder différemment parfois, mais toujours en restant le plus professionnel possible.

Les vacances d’été approchaient et ma colocataire dont j’étais de deux ans l’aînée, était partie rejoindre sa famille dans le Nord depuis une semaine déjà. Quant à moi, je préparais ma soutenance ainsi que mes cv pour commencer dans la vie active. Bientôt vint le dernier jour de travail avec mon professeur, j’avais chaud et j’étais triste de voir ma vie estudiantine prendre fin.

Après quelques heures de dure labeur, nous échangions quelques mots et il suffit que je fasse allusion au départ de ma colocataire pour qu’il me propose de m’accompagner chez moi. Je lui propose de boire un café, et le voilà qui se tient tout près de moi sur mon canapé.
Quelques mots, quelques sourires, une main qui frôlait sa jambe puis sa main et enfin je sentis ses lèvres contre les miennes. C’était mieux que n’importe lequel de mes fantasmes !

On ne s’était même pas déshabillé totalement, il se mit sur moi, baissa ma jupe après très peu de préliminaires et me pénétra avec force tout en passant la main sous mon haut pour me caresser la poitrine ! C’était la meilleure baise de toute ma vie, sa verge était épaisse et il savait y faire avec les mouvements. Je jouis assez rapidement et je fus excitée de nouveau quand je sentis sa semence délicatement chaude sur ma cuisse.

Voilà comment j’ai réussis à me faire mon professeur juste avant ma soutenance ! On ne s’est jamais revus et ça me va très bien comme ça, car un fantasme assouvi devient un bon souvenir qu’on adore se remémorer !

Téléphone rose Partageons un dialogue coquin, sans tabou, libre de toute imagination.